Équipements


Les indispensables

canne à pêche

Le choix d'une canne à moucher est très important. Il n'existe malheureusement pas de canne à tout faire. Ainsi un pêcheur qui pratique son sport dans un petit ruisseau d'ombles de fontaines, n'aura pas les mêmes besoins que le pêcheur de saumon qui doit atteindre une grande distance avec ses lancers. Quelqu'un qui pratiquerait la pêche à la truite, à l'achigan, au brochet, au doré et au saumon, devrait posséder trois ou quatre cannes de différentes grosseurs et longueurs. On peut toutefois faire des compromis et obtenir une canne qui nous donnera satisfaction. Ainsi un pêcheur qui taquinerait principalement la truite et l'achigan, pourrait bien s'accommoder une canne de huit pieds et demi, soie numéro 6 ou numéro 7. Une soie 6 s'il pêche plus souvent la truite que l'achigan. Voici donc un tableau vous donnant des suggestions:

La canne :

Espèce recherchée
Méthode de pêche
Choix de canne & soie
Saumon à gué
en embarcation
9' soie #8 ou #9
10' soie #9 ou #9
Maskinongé au lancer
à la traîne
9' soie #8 ou #9
9' soie #9
Brochet au lancer
à la traîne
9' soie #8 ou #9
9' soie #9
Doré toutes 8' 6" soie #7 ou #8
Achigan nymphe et streamer
sèche
popper (petit)
popper (gros, souris)
8' 6" soie #5, #6 ou #7
8' 6" soie #5, #6
8' 6" soie #6 ou #7
8' 6" soie #8 ou #9
Truite ou omble en ruisseau
en rivière (moyenne), à gué
en rivière (moyenne), en canot
en rivière (grande)
en lac (embarcation)
en lac (float tube)
6' 3" soie #3 ou #4
8' 6" soie #5 ou #6
9' soie #5 ou #6
9' soie #6 ou #7
8' 6" soie #4 ou #5
9' soie #4 ou #5

Le prix de ces cannes varie énormément. Une canne de fibre de verre ou mélange de fibre de verre et de graphite peut coûter 50$. Par contre une bonne canne de graphite (haute teneur) peut coûter entre 200 et 700$. Quant aux cannes de bambou refendu leur prix s'élèvent au-delà de 1000$. Je recommande une canne de graphite (haute teneur). Une bonne canne lance mieux et plus loin. La mouche se dépose mieux. Sa sensibilité nous permet de percevoir la moindre touche. Sa résistance vient à bout du poisson le plus combatif.


Retour au début

Le moulinet :

La principale fonction du moulinet est d'emmagasiner la soie et la corde de réserve. Le tambour doit être bien aéré afin de permettre à la soie de se débarrasser de l'eau. Le meilleur moulinet est le plus simple. Moins il y a de roues d'engrenage et de vis, moins il y a risque de bris. Le frein à claquet est le plus répandu. Si le poisson à combattre est un dur à cuire (saumon-maskinongé), il est préférable d'avoir un frein à disque qui servira lorsque la bataille sera engagée. Leur prix varie entre 30 et 1000$. À moins de pêcher le saumon ou le maskinongé, il n'est pas nécessaire de dépenser une grosse somme à l'achat du moulinet. Par contre un bon moulinet de 150 ou 250$ vous apportera satisfaction durant de nombreuses années.

Cette année (2011), je me suis gâté un peu. Je voulais un nouveau moulinet. Quand je suis arrivé à la boutique Salmo Nature de Paul Leblanc, je me suis tout de suite dirigé vers le comptoir des moulinets. J'ai alors admiré les bijoux qui s'étalaient devant mes yeux. J'avais en tête deux modèles soit le CFO ou le Battenkill Large Harbor. Lorsque dans les années 90 je travaillais pour Eric le Moucheur le CFO (Charles F. Orvis) se vendait dans les 400$ et c'était à l'époque, LE MOULINET. J'ai bien examiné les deux et finalement, j'ai opté pour le Battenkill Large Harbor II. J'ai fait monter la corde de réserve et une soie WFF #5 Super Fine. C'est un très beau moulinet de couleur or. Il vient avec un frein à disque ajustable. Comme son nom l'indique, le tambour est beaucoup plus large que celui d'un moulinet conventionnel, ce qui permet de mettre plus de corde de réserve. Il est aussi très bien aéré, ce qui permet une meilleure évacuation de l'eau accumulée sur la soie. Bref, je suis très satisfait de mon achat. Bien entendu ce moulinet est ajustable pour droitier comme pour gaucher. L'avantage du frein à disque est que la résistance se fait constante et en douceur, contrairement aux moulinets à claquet.

devant


Retour au début

La soie :

La soie est le deuxième en importance lors du choix de l'équipement. La grosseur de la soie doit être celle stipulée sur la canne. Il existe trois sortes principales de soies : la soie flottante, la soie plongeante et la soie à bout plongeant. La première est la plus souvent utilisée. La soie plongeante est très utile pour pêcher à la traîne ou avec des nymphes dans les grosses rivières. La soie à bout plongeant est comme son nom l'indique une soie flottante dont les 10 derniers pieds sont plongeants. C'est le compromis entre la plongeante et la flottante. Ces trois sortes de soies se subdivisent en genre de fuseaux. Le fuseau décentré (Weight Forward) permet des lancers avec de bonnes distances et une bonne présentation. Le double fuseau (Double Taper) permet une excellente présentation à courtes distances. Le fuseau de lancers de distances (Rocket Taper) permet d'atteindre de grandes distances mais la présentation en souffre beaucoup.


Retour au début

La corde de réserve :

La corde de réserve est très importante lors du combat avec un poisson de bonne grosseur. Cette corde est généralement faite de fibres de Dacron mais plusieurs autres options toutes aussi bonnes les une que les autres sont offertes aux moucheurs.


Retour au début

Les bas de ligne :

Le bas de ligne est ce qui rattache l'artificielle à la soie. Un bas de ligne doit toujours être balancé avec la grosseur de la mouche utilisée. Plus l'artificielle est grosse, plus le bout du bas de ligne doit être résistant. Il existe trois sortes de bas de ligne ; celui composé de plusieurs mono filaments de différents diamètres, celui qui descend graduellement en fuseau, et finalement le bas de ligne tressé après lequel on attache le bout de bas de ligne désiré.


Retour au début

Les accessoires

Les bottes ou cuissardes :

Pour celles et ceux qui pêchent à gué le port de bottes est très important car ce sont elles qui nous garderons au sec et au chaud. Ces bottes viennent en différents matériaux dont le Néoprène, le caoutchouc, le Nylon et d'autres matériaux synthétiques.

Les bottes de Néoprène étaient de loin supérieures à toutes les autres, maintenant les nouveaux matériaux utilisés sont supérieurs.. Le Néoprène est résistant, souple et isolant. Pour le pêcheur moyen une botte de 3 mm d'épaisseur est l'idéal. Pour les pêcheurs du grand Nord ou pour ceux qui pêchent l'hiver ou tôt le printemps une botte de 5 mm est à conseiller. La botte de Néoprène est en fait une combinaison par-dessus laquelle une botte de marche doit être ajoutée. Cette dernière doit avoir une semelle de feutre pour empêcher de glisser sur le limon des pierres. Il faut mettre en 200 et 300$ pour un ensemble de combinaison et bottes. En été lorsqu'on pêche et que la température de l'eau n'est pas trop froide, on peut ne se servir que des bottes qui nous procurent confort et sécurité.

Les bottes de pêche à gué sont très importantes, elles doivent bien soutenir le pied et les chevilles, les protéger et doivent être anti-dérapantes. Les semelles de feutre sont à peu près ce qui se fait de mieux comme semelles mais, certains états, aux États-Unis d'Amérique, interdisent leur utilisation afin de protéger les cours d'eau des envahisseurs indésirables : moule zébrée, algue bleue, etc. En 1993 j'achetais une paire de bottes Orvis, il va sans dire et voici ce à quoi elles ressemblent en ce 7 avril 2011, soit 18 ans plus tard. Vous comprendrez pourquoi je les ai changés cette année.

moi mes souliers ont beaucoup voyagé

Les bottes de caoutchouc sont lourdes et encombrantes. Elles ne suivent pas le contour du corps comme le fait celles de Néoprène. Elles offrent une plus grande résistance à la force de l'eau et empêchent souvent un déplacement facile dans le courant. L'isolation est presque inexistante, rapidement l'intérieur de ces bottes prend la température de l'eau ambiante. Par contre les bottes de caoutchouc lorsqu'elles sont bien entretenues (remisage, réparations) peuvent durer de nombreuses années à un coup moindre que celles de Néoprène. Vu leurs proportions très grandes pour la majorité des gens, on peut pour s'isoler mettre des culottes de motoneiges et plusieurs épaisseurs de chaussettes pour se protéger du froid.

La forme des bottes de Nylon ressemble à celles de Néoprène, c'est-à-dire que c'est une combinaison par-dessus laquelle il faut mettre des bottes de marche. Elles sont beaucoup plus légères que celles de caoutchouc. Autres défauts elles se déchirent facilement et sont difficilement réparables. Ce sont certainement les moins dispendieuses de toutes les bottes. Pour les personnes qui pensent n'en avoir besoin que pour une ou deux fois dans leurs vies.


Retour au début

La veste de pêche :

C'est dans cette veste que nous mettrons boîtes à mouches, matériel à bas de ligne, tambour de rechange, insecticide, imperméable, solution flottante et même notre lunch à l'occasion. Elle doit donc avoir plusieurs poches d'accès facile. Elle doit être légère et ample. Une grande poche dans le dos nous permet de transporter notre imperméable. Une pièce de peau de mouton accolée sur le devant de la veste nous permet de mettre nos mouches à sécher.


Retour au début

Le thermomètre :

Un thermomètre est très important dans l'équipement du pêcheur à la mouche. Ces thermomètres calent et doivent donc être rattachés à un cordon gradué qui nous indiquera à quelle profondeur la température préférentielle de l'espèce recherchée se trouve.


Retour au début

La pierre à aiguiser :

Cette pierre sert à aiguiser nos hameçons. C'est un outil indispensable car souvent nos artificielles se heurtent contre les pierres du fond et les hameçons deviennent épointés.


Retour au début

Le coupe-fil :

Le coupe-fil est un genre de coupe-ongles que l'on rattache à une bobine à corde rétractable. Si je n'avais qu'un seul outil, ce serait celui-ci.


Retour au début

La puise ou l'épuisette :

Celle-ci s'attache souvent dans le dos de la veste de pêche. Elle est surtout utile lorsque l'on pêche à bord d'une embarcation. Les saumoniers utilisent aussi un queutard, espèce de lasso muni d'un manche qui permet de sortir le saumon pas la queue.


Retour au début

Le bâton de marche :

Le bâton de marche est un outil de marche qui s'avère parfois nécessaire si on veut par exemple traverser un cours d'eau où le courant est très fort, ou même quand les semelles de feutre ne prennent pas prise.


Retour au début

Les chaînes ou crampons :

Il se vend des attelages faits de cuirs de chaînes et même de crampons que l'on fixe à ses bottes et qui empêchent de glisser là où les semelles de feutre échouent.


Retour au début

Les autres accessoires :

Il existe sur le marché toute sorte d'accessoires plus ou moins commodes selon le cas. Ceux que je considère les plus importants sont : silicone en liquide, en gel, en pâte ou en aérosol, pour bien faire flotter les mouches sèches ou une partie du bas de ligne lorsque nous pêchons à la nymphe. J'inclus aussi les petits plombs refendus pour faire caler notre nymphe.

Étant donné la complexité et l'information sur les mouches à utilisées, nous avons fait une section pour celles-ci même si ces dernières font parties de l'équipement. Vous cliquez sur le bouton "Mouches".


Retour au début
© Tous droits réservés - Claude Pagé - Les Mouches 2000-2002